HYBRIS #4 : WELCOME TO CAVELAND !

LA COLONIE DE VACANCES + MAULWÜRFE

LES TETINES NOIRES ft. MADE IN ERIC + M-O-M + TOUT EST BEAU + INFECTICIDE

  •  

    Quatrième soirée HYBRIS ! Le principe ? Proposer aux spectateurs une immersion totale dans un univers artistique.

     

    Souvenirs, souvenirs. En vrac. De la musique bien sûr ; et puis aussi, marcher dans les feuilles mortes (Materia Prima Art Factory – 2012) : Check. Voir s’envoler des colombes (Secret Chiefs 3) : Check. Hurler. Pour mettre fin aux powerslam et suplex de La Momie ou de Crazy Joe (Catch Me ! If you can – 2014) : Check. Se rouler dans les herbes folles (Shikoland – 2015) : Check. Pour compléter votre propre improbable liste, rendez-vous à L’Aéronef pour HYBRIS #4 !

    Welcome to caveland ! Une soirée « à l’abri de la vitesse du monde » concoctée avec la complicité du scénographe et metteur en scène Philippe Quesne, l’un des fondateurs de Vivarium Studio en 2OO3, aujourd’hui à la tête du CDN Nanterre-Amandiers. Souterrains, caves et galeries intriguent. Abris, refuges, bulles, planques : on s’y engouffre collectivement, on s’y réfugie en solitaire, on y passe en coup de vent pour atteindre une destination. Le 29 juin, on s’y rejoint.

     

     

    LA COLONIE DE VACANCES

    4 groupes (Papier Tigre, Electric Electric, Pneu et Marvin). 11 musiciens. Un dispositif quadriphonique. Le public au centre. La Colonie de Vacances se pose à Lille avec une nouvelle création qui intègre l’idée de John Cage, « chacun est à la meilleure place », grâce à plusieurs niveaux parallèles d’écoute. Un supergroupe noise rock, nourri aussi de musiques électroniques, traditionnelles et contemporaines. (Livre/Disque La Colonie de Vacances – 2017 Murailles Music)

     

    MAULWÜRFE

    Deux ans après la Nuit des Taupes créée par Philippe Quesne aux Amandiers (Nanterre), puis au Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles), retour en live des Maulwürfe ! Plongez dans un univers troglodyte et onirique, un voyage alternatif, composé de mélodies électriques survoltées, de thérémine envoûtant, de voix punks rocailleuses, le tout rythmé par l’animalité d’un batteur.

     

    LES TETINES NOIRES FEAT. MADE IN ERIC

    Printemps 2O18. A l’agenda des Tétines Noires, module « archéologie musicale » en cours, à base de floppy disk, curseur, « Loading sample… » et autres joyeusetés du dialogue homme-machine : « Del? » Surtout pas ! Welcome back ! We accept you !, dixit Les Tétines Noires en 1990 (Freaks, extrait de Fauvisme & Pense-bête). Des morceaux rock/new-wave dadaïstes et délirants dans un décor surréaliste, parfois absurde. Des concerts – performances, nourris à une création contemporaine source d’inspiration naturelle. En témoignent, en 1995, les pochettes de 12 morts en tête réalisées, entre autres, par Ben (sans titre ni but), Jean-Luc André (DDDA), ORLAN, le poète américain John Giorno (dial-a-poem…) ou Daniel Spoerri ; et sur scène la présence de Made In Eric (aka l’artiste plasticien Eric Madeleine).

    Pour les routards du dadaïsme : prévoir balise supplémentaire en terres normandes. Intitulé : Les Tétines Noires @ grenier paternel – 1983 (le plasticien Joël Hubaut !)… Déjà enregistré : Marcel Duchamp @maison natale Blainville-Crevon -1887…

    Recommandé si l’on aime Virgin Prunes, Antonin Artaud, Bauhaus, Psychic TV…

     

     

    M-O-M

    m-0-m (acronyme possible de Musique-Orchestrale-Magnétique) est né d’une fascination: amplifier la lumière pour l’écouter. Quand le lumineux devient sonore, la puissance vibratoire des lampes invoque un lyrisme électrique sur fond de couinements magnétiques. Des sonorités noisy calquées sur une rythmique technoïde primaire.

     

    T O U T   E S T   B E A U

    Une musique d’homme-orchestre Hi-Fi, celle d’Erwan Ha Kyoon Larcher, comédien, danseur et circacien. Sa première musique. Entre expérimentations krautrock et techno-Lo-Fi (1 batterie – 3 baguettes – 1 synthét Mini Brute – 1 Minilogue – des pédales d’effets – 1 boîte à rythme TR-09 – 1 casque audio trafiqué). Le geste précède le son, le musicien les machines.

     

     

    INFECTICIDE

    En veux-tu ? En voilà ! Les Chansons tristes (2014) du trio sont disponibles en bande magnétique chez Da! Heard it Records; ça mérite bien un concert ! Une electro-punk-wave pointue aux textes néo-dadaïstes. Un second degré ingénieusement manié à des influences allant de Front 242 ou Liaisons Dangereuses à Detroit Grand Pubahs, en passant par les Beastie Boys.