FISHBACH (Fr)

Pop . New Wave

VERTIGO (Fr)

Synth Pop

  •  

    La voix de Fishbach, tantôt douce comme un souffle, tantôt d’une âpre rugosité, intrigue et fascine. Un chant sans âge et profond qui résonne comme une incantation. On n’avait pas vu pareil envol depuis longtemps. Victorieuse aux Inouïs du Printemps de Bourges, lauréate du Fair, chargée par les Transmusicales de Rennes de leur création annuelle…. Fishbach est partout, et partout elle trouble. Car à travers ses chansons d’amour et de ténèbres, tour à tour clamées face à l’océan ou chuchotées à notre oreille, Fishbach semble nous raconter notre propre histoire, nos joies intimes et peurs secrètes. Dans une époque où la pop s’acharne à être sage et droite, elle ose le bizarre, la diagonale, la torsion mais sans jamais perdre de vue les évidences de la séduction mélodique ou la clarté des sentiments. À ta merci, premier album de cette jeune chanteuse au talent hors norme, sortira début 2017.

     

    « Fishbach c’est une voix grave, posée sur des atmosphères synthétiques très 80’s (on pense à Desireless, aux Rita Mitsouko mais aussi à Malaria) et une présence, animale, quasi hypnotique sur scène. » Les Inrocks

     

    « Viscérale, sentimentale, punk… Flora Fishbach fait tomber sur la chanson française une nuit obscure et bousculée, pleine de style et de spleen. Couches noires de synthétiseurs new wave, éclats acides d’une voix sur le fil, c’est un Christophe au féminin… » L’Express

     

    Ce concert sera chant-signé, dans le cadre du projet Free Son :

    Nouvel album : À Ta Merci, sorti le 27/01/17 › Lire la chronique ▾

    On a beau se dire que Fishbach ne semble pas être addict aux survêtements adidas lazer multicolore et aux choucroutes laquées, l’idée de chroniquer une énième resucée des années 80,  n’est guère émoustillante. Oui mais voilà. Si elle est ancrée dans l’ambiance variété de cette sombre période, Fischbach s’en sert pour mieux nous retourner, dès qu’on pourrait sentir poindre une once de ringardise, d’un grand écart musical. Qui invoque le timbre profond de Desireless ? Peut-être, mais escorté des beats de Kraftwerk, comme sur Invisible Désintégration de l’Univers. Qui suppute une intonation à la Julie Pietri ? Réorchestrée et digérée par Front 242 sans doute. Synthétique et anachronique, androgyne et ténébreuse, convoquant dans ses textes à moult reprises la mort et les éléments, Fishbach et ses 24 printemps ne peut être cataloguée aussi facilement. Si bien que s’il fallait chercher de véritables références, ce sont plutôt vers les monuments Catherine Ringer (ce grain de voix sur Ma Voie Lactée), Muriel Moreno (Un Autre Que Moi semble compiler le meilleur des diverses périodes de Niagara) ou encore Christophe qu’il faudrait se tourner. Il y a pire références !

    Bertrand – Caf&Diskaire

    Dans la même veine :

    Catherine Ringer – Feu! Chatterton – Arthur H