MOURN (Esp)

Punk . Pop

Swedish Death Candy (Uk)

Rock . Psyché

  • Vous êtes abonné.e ? Présentez-vous le soir même pour retirer votre invitation, pas besoin de réserver. Et si vous arrivez entre 19 et 19h30 on vous offre un verre et une visite de la salle et ses backstage ! Pas encore abonné.e à l’Aéro ? Vous pouvez vous abonner sur place pour profiter de tout ça !

     

    Date soutenue par Liveurope, la première initiative pan-européenne pour soutenir les salles de concerts en matière de promotion d’artistes émergents.

     

     

    MOURN

     

    Mourn est un jeune groupe espagnol qui émerge de la scène alternative barcelonaise. Trois filles et un garçon qui sortent du lot en réalisant un grand écart parfait entre punk tourmenté et pop débraillée. Pour cela il faut de la souplesse bien entendu, et aussi une certaine fougue que leur procure leur jeunesse. Signés depuis leur première sortie sur Captured Tracks (Mac Demarco, Wild Nothing, Reptaliens…), leur troisième album Sorpresa Familia est paru en juin 2018. D’une maturité indéniable, d’une aisance déconcertante, leur musique est agressive, crue, et toujours pourvue de lyrisme.

    « Peu importe à quoi vous l’attribuez : l’osmose, l’hérédité, la bonne vieille magie noire, on ne peut nier que Mourn a une capacité presque surnaturelle à canaliser une souche particulière d’indie rock 90s » PITCHFORK

    Nouvel album : Sopresa Famila (juin 2018 / Captured Tacks) › Lire la chronique ▾

    Mourn
    Sorpresa Familia

    (Captured Tracks)
    En concert chez nous le 15/10

     

    Après des débuts fulgurants qui les virent exploser le plafond de verre de la scène indie-rock catalane, les très jeunes Mourn ont bien failli se heurter à la crise de croissance professionnelle et à l’émancipation de leur label maternel. À l’écoute de ce Sorpresa Familia, on constate que la mue a opéré sans rien oblitérer de la fraîcheur du groupe (l’ainé est né en 1996). On ne va pas vous faire le coup de l’album de la maturité car cette œuvre n’a rien d’une transition. C’est un nouveau seuil où Mourn transforme son potentiel sur la durée. Ce cap n’a rien du plateau, le paysage reste accidenté et les courants contraires forment de turbulentes rencontres. D’ici sont partis Stereolab, Blonde Redhead, Electrelane…Aujourd’hui c’est à Mourn d’appareiller pour surprendre cette famille.

    Bertrand Lanciaux

  • SWEDISH DEATH CANDY

     

    Amateur de heavy rock, de riffs puissants, de guitare/basse/batterie en veux-tu en voilà, ce groupe est fait pour tes oreilles. Swedish Death Candy n’est pas n’importe quel bonbon. Suédois ? Bon, pourquoi pas, bien qu’ils nous viennent de Londres. Mais surtout bonbon de la mort. Une sucrerie dont le goût prononcé t’arrache le palais mais dont l’enrobage psyché, arrondissant les contours, te procure un maximum de longueur en bouche. Leurs concerts sont féroces et énergiques et ont rapidement attiré l’attention des fans du genre. Leur premier album éponyme est paru fin 2017 sur Hassle Records, une belle cacophonie rock expérimentale.

    Dans la même veine :

    King Gizzard – Thee Oh Sees – Ty Segall – Kaviar Special