L’AERONEF, EN ACCORD AVEC VERYSHOW PRODUCTIONS, PRESENTE :

TRIGGERFINGER (BE)

Rock . Stoner

ROMANO NERVOSO (IT)

Rock . Stoner

  •  

    Toujours en costume, le power trio délivre un rock pur et carré, non dénué d’un sens de l’humour rafraîchissant, lorgnant vers le punch de Motörhead, le groove de Marc Bolan et l’énergie de Chuck Berry. Au fil de ses nombreuses tournées, la furieuse machine à riffs Triggerfinger s’est forgée une très solide réputation live ainsi qu’un son cru et gras qui sied parfaitement à son répertoire. Ça pulse et le public en redemande !

     

    Triggerfinger : Ruben Block au chant & à la guitare, Monsieur Paul à la basse et Mario Goossens à la batterie. Formé en 1998, le groupe sort 3 albums avant de connaître un réel succès en 2012 grâce au hit radio I Follow Rivers (n°1 en Belgique), une reprise de Lykke Li. C’est aussi cette année-là que le groupe commence à faire parler de lui en France suite à des prestations électriques aux Vieilles Charrues et aux Solidays notamment. En 2014, l’album By Absence Of The Sun est certifié disque d’or en Belgique et aux Pays-Bas. Le groupe partage alors la scène des Rolling Stones, Muse, Deep Purple, Die Toten Hosen ou des Red Hot Chili Peppers. Dans le même temps Triggerfinger continue d’enchaîner les dates dans l’Hexagone et se fait encore une fois remarquer dans des festivals tels que le Main Square, Au Pont du Rock, le Cabaret Vert, puis en 2015, au Hellfest !

    Nouvel album : Colossus (25 août 2017) › Lire la chronique ▾

    TRIGGERFINGER
    Colossus
    (Mascot Label group)
    En concert chez nous le 16/12

     

    Le trio belge sort un nouvel album, le cinquième, intitulé Colossus, est-ce une référence à Piotr Nikolaievitch Rasputin l’homme d’acier des X-Men, je n’en sais rien. Ce que je sais après l’avoir écouté (pas assez de fois mais bon je fais avec) c’est que s’il sortait en vinyl, il y aurait deux faces biens distinctes. Chacune avec cinq chansons, et chacune avec une identité propre. Les quatre premiers titres sont fidèles aux chansons du groupe : batterie mid-tempo, voix bien en avant, gros gros son des grattes, basse incluse. Afterglow clôture cette face A de façon plus originale : titre semi-acoustique qui laisse un sentiment de nostalgie, et qui prépare à la seconde face, plus originale dans la construction des morceaux dans lesquels Ruben Block utilise sa voix différemment d’une chanson à l’autre, comme dans Breathlessness ou That’ll Be The Day. À écouter de façon prolongée.

    Schnaps

    Dans la même veine :

    The Black Box Revelation – Rival Sons – The Van Jets