WARMDUSCHER + DEATH VALLEY GIRLS

  • Date soutenue par Liveurope, la première initiative pan-européenne pour soutenir les salles de concerts en matière de promotion d’artistes émergents.

     

     

    « Rock ‘n’ Roll, Dystopian Punk, Doom Boogie ! » Deux ans après Glow In the Dark, Death Valley Girls, le combo de Los Angeles formé autour de Bonnie Bloomgarden et Larry Schemel, sort Darkness Rains. L’envie de s’y plonger avait été largement attisée par le clip Disaster (Is What We’re After) feat. Iggy Pop himself, comme un hommage à Andy Warhol (sa scène dans le film 66 Scenes of America). Death Valley Girls sillonnent pour l’heure les Etats-Unis : appelons ça une séance d’échauffement format XXL avant son étape lilloise !

    Nouvel album : Darkness Rains / 2018 (Suicide Squeeze Rec.) › Lire la chronique ▾

    Death Valley Girls
    Darkness Rains
    (Suicide Squeeze)
    En concert chez nous le 24/02

     

    Ce Darkness Rains tombe dru depuis les Death Valley Girls. Ce sombre nuage s’est formé au- dessus de Los Angeles. Pas vraiment le rêve californien. Nourries au proto-metal des Stooges, imbibées des vapeurs d’un psychédélisme violent, secouées par les spasmes psycho des Cramps…les Death Valley Girls déambulent dans l’histoire du rock comme Ozzy Osbourne travesti chez les B 52’s. Clairement, avec les Coathangers, les Death Valley Girls sont le jus de chique le plus rock’n’roll que des Américaines nous aient récemment craché à la face. Ultra référencé, ce Darkness Rains agence les influences avec une créativité à faire pâlir plus d’un DJ. On sort du répertoire et registre pour arracher de sacrées boulettes punk-rock et de somptueuses cocottes garage. Sombres mais rafraîchissants, leurs hymnes affolent les culbuteurs et dilatent les capots. Du sauvagement rayé qui jamais ne tourne en rond.

    Bertrand Lanciaux

     

  • Warmduscher, c’est le groupe constitué de membres permanents de The Fat White Family, Paranoid London, Insecure Men et Childhood. Des odeurs de soufre et de sueur émanent de leur rock brut, aux frontières du punk, blues et du garage. Welcome to Whale City ! Clams Baker (fast-talking, no nonsense networker…), Lightnin’ Jack Everett (the rhythm !), The Saulcano, Mr Salt Fingers Lovecraft et The Witherer vous y attendent !

    Nouvel album : Whale City / 2018 (Leaf Label)