L'AERONEF, EN ACCORD AVEC VERYSHOW PRODUCTIONS, PRESENTE :

ZEAL & ARDOR – Stranger Fruit – Tour 2018 (USA)

Rock . Indie

HANGMAN'S CHAIR (FR)

Rock

  • Zeal & Ardor est né dans l’esprit d’un musicien américano/suisse nommé Manuel Gagneux. En décidant de mêler du Blues, du Gospel et de la Soul à des musiques radicalement plus extrêmes, Gagneux s’est ouvert les portes d’un univers artistique où tout semble possible. Créé par lui seul, telle une œuvre solo, Devil is Fine, le premier album de Zeal & Ardor sorti en février 2017, a généré un intérêt immense autour de cet artiste. Les excellentes critiques qui ont suivi la sortie de ce disque ont alors permis à Zeal & Ardor de se muer en un véritable groupe live qui s’est produit dans le monde entier.

    Après avoir passé des mois éloigné de tout, à travailler sur ses nouvelles chansons, Manuel a finalement rejoint le monde des vivants pour entrer en studio. Son prochain album Stranger Fruit, dont la sortie est prévue le 8 juin fait déjà l’effet d’une bombe auprès des fans. Le son est plus vaste, plus lourd, tout en restant incontestablement celui de Zeal & Ardor. Ce nouvel album encourage l’auditeur à creuser un peu plus profond afin de trouver par lui-même les propres significations de chaque composition.

    L’artiste entame donc une tournée 2018 qui s’annonce pleine de surprises et de mystères, où toutes les émotions s’expriment à la fois : on passe de la rage à la mélancolie et du désespoir à l’espoir !

     

    Nouvel album : Stranger Fruit (MVKA Music - Juin 2018) › Lire la chronique ▾

    Zeal & Ardor
    Stranger Fruit
    (MVKA Music)
    En concert chez nous le 09/12

     

    Célébrer les noces du black metal et de la black music…chiche ? À partir de ce défi un rien provocateur, Manuel Gagneux a conçu le projet Zeal & Ardor. D’abord un premier album Devil is Fine siffla la fin de la récré par une entreprise de recréation du black metal en convoquant les esprits du sud profond. Un peu comme si Deafheaven avait remplacé John et Alan Lomax dans leurs travaux de collectage. Ce Stranger Fruit amplifie le geste créatif, sur la durée, la profondeur et l’appropriation d’un plus large spectre musical. Cette terrible « nigger music », musique du diable pour ses contempteurs, trouve un écho singulier dans cette cathédrale black metal. Au- delà de l’hommage à l’ultime Strange Fruit consacré par Billy Holiday, ce terrifiant Stranger Fruit évoque davantage Guitar Drag, cette performance de Christian Marclay : une Fender raccordée à un ampli y est traînée, lynchée, derrière un pick-up.

    Bertrand Lanciaux