Chronique de disque : YAK

Yak
Pursuit of Momentary Happiness
(Third Man Records)
En concert chez nous le 18/04

 

Le bonheur est une chose momentanée. C’est sans doute ce qui le rend précieux. Pour Yak point de gaudriole. Ici, l’urgence prime. Encapsulé dans sa sonde garage-rock repeinte aux couleurs psychés, le trio britannique s’enfonce dans l’atmosphère d’un air du temps qui lui est hostile. Ça chauffe et tremble de partout comme dans le chaudron Stones 70’s, mais ici le temps s’accélère. Le psychédélisme n’a pas le temps de figer, ni même de dilater quoi que ce soit. Lacéré, pixellisé. L’heure est à la chute libre mais pas au n’importe quoi. S’il y a urgence, elle est le résultat d’une longue gestation. Le sentiment d’avalanche est bien le fruit de sédimentations improbables et d’une production inspirée. On sait l’impact inéluctable, violent, et dans ce cocon qui file, l’instant est parfois aux ultimes confidences. Avec les tripes mais pas à l’estomac, Yak ne propose pas d’autres options que de le suivre dans cette aventure tragique. Sans retour mais avec beaucoup de feedback.

Bertrand Lanciaux