Nouveaux Climats

 

Accompagner des artistes ce n’est pas seulement, pour L’Aéronef, en les mettant sur scène. Notre association soutient tout au long de l’année plusieurs formations en leur mettant à disposition des moyens humains, techniques ou financiers pour les aider dans leur développement. C’est le cas actuellement pour Nouveaux Climats. Répétitions sur scène, temps de résidence de création, concert à Stéréolux à Nantes dans le cadre d’un échange, en voici quelques exemples passés. En 2019, Nouveaux Climats profitera du dispositif P.A.M (Pépinière d’Artistes de la Métropole Européenne de Lille), programme d’accompagnement conjoint avec Le Grand Mix et La Cave aux Poètes. En attendant de découvrir cette formation de talent, faîtes-vous une idée de la musique qu’elle propose à travers cet article

 

La température monte, et ce n’est pas rien de le dire !
D’autant plus dans notre belle ville de Lille, avec l’arrivée sur scène de ces Nouveaux Climats incarnés par Jean-Baptiste, Edouard, Hugo et Romuald.

Nouveaux Climats, pour reprendre une expression chère à Frank Zappa, c’est un film pour les oreilles. Mais sommes-nous dans un film noir, un film d’épouvante ou un film érotique ?
Ces quatre soldats du groove vous laissent le choix et vous emmènent vers un ailleurs musical spectaculaire, exclusivement instrumental, et, qui plus est, travaillent l’imaginaire.

Musicalement c’est du solide.
On retrouve avec joie des vagues de Mellotron, cet instrument si beau, qui fit les beaux jours du rock progressif, accompagnant des mélodies aussi classieuses qu’inquiétantes, comme si Erik Satie rencontrait John Carpenter.
La section rythmique est en parfaite harmonie: alors que la basse invoque un Gainsbourg spectral noyé dans un océan disco, la batterie s’adonne à une tempête de cymbales et de congas évoquant le meilleur de Cerrone.
Toute en tension, la guitare, au son résolument sixties, surfe sur ce magma sonore et fait jaillir un tsunami de fuzz aussi prodigieux qu’un orage psychédélique.

Une chose est sûre, la tambouille proposée ici redore le blason du easy listening: ce genre injustement négligé qui comporte en son sein autant les bandes originales de films que l’exotica, la library music ou les expérimentations sonores. Nouveaux Climats c’est un voyage dans ces contrées oubliées pour les remettre au goût du jour. C’est mélanger l’excellence de François de Roubaix et la modernité de Air. C’est reprendre le travail de Stereolab et l’emmener vers la cosmogonie de Forever Pavot (avec qui, ils ont déjà partagé l’affiche). On appelle cela du rétro futurisme.

En live, c’est Armageddon dans la salle. Le combo est souvent accompagné par Guillaume, VJ et monteur d’expérience, qui effiloche avec passion et précision les meilleurs extraits des films de genre les plus cultes et les plus déviants. L’expérience est ainsi totale, inouïe.

C’est tout cela Nouveaux Climats, alors cours vite les voir et les écouter, tu risques de ne pas en revenir de si tôt. Oui jeune ingénu, le vieux monde est derrière toi ! Bon voyage.

Sam Nolin