PORTRAIT DE SAÏD, responsable sécurité

Un mètre quatre-vingt-dix-neuf pour quatre-vingt-dix-neuf kilos de muscles et de bienveillance, la coupe de Jason Statham et le regard de Harrison Ford, Saïd est le responsable sécurité de L’Aéronef.

 

Depuis le bip de votre billet de concert, jusqu’à l’euro que vous récupérez en rendant votre écocup pendant que la salle se vide, en passant par le pogo dans lequel vous gagnez des bleus et de nouveaux amis, Saïd et son équipe veillent sur vous.

 

Quand il évoque ses meilleurs souvenirs de concerts il n’y a pas l’ombre d’une star à paillettes. Il y a cette spectatrice qui heurte une barrière et tombe inconsciente, il lui porte secours jusqu’à ce qu’elle reprenne connaissance. Il y a cette personne âgée qui lui dit que depuis son mètre vingt elle n’aperçoit même pas les cheveux du bassiste, et qui le concert terminé le remercie de lui avoir trouvé une meilleure place. Il y a ce concert où l’ambiance est tendue, il manage son équipe toute la soirée sans interrompre ses rondes au milieu des 1850 personnes qui sautillent dans la fosse, allument des cigarettes sous les panneaux interdiction de fumer, essaient de grimper sur la scène pour slammer en oubliant au moment où ils sautent qu’un os c’est fragile et un public moins moelleux qu’un Bultex®. Finalement les portes de la salle se referment sans incident, Saïd repart ravi qu’un concert de plus se soit bien passé.

 

Bien accueillir et accompagner chaque personne ce n’est pas juste l’objectif d’une soirée, c’est sa principale source de motivation dans son travail. Le chemin pour arriver à ce métier idéal fut rocambolesque…

 

Fils du meilleur coiffeur de Tizi Ouzou et aîné de cinq frères et sœurs, son enfance est bercée par la musique kabyle des années 70 : Matoub Lounes, Akli Yahiatene, Idir ou Enrico Macias.

 

Dans son unique cahier d’écolier toutes les matières cohabitent. Lorsqu’il arrive à la dernière page il préfère quitter l’école plutôt que de voir sa famille dépenser le peu de Dinars qu’ils possèdent en fournitures scolaires. Il passe sans transition de collégien à aide boulanger, glane des légumes dans les champs, travaille dans un bar, se forme en électromécanique, monte des moteurs de grues, raccorde des installations électriques, trime sur des chantiers… Jusqu’au jour où il décroche un emploi à l’Université de Tizi Ouzou : agent de sécurité.

 

Quand son contrat prend fin il décide de poursuivre dans la voie de la sécurité. Une connaissance Lilloise lui trouve du travail comme vigile dans un supermarché de Wazemmes. Commence alors une période difficile : l’angoisse permanente d’être dans une situation instable à cause de son visa. Saïd refuse les mariages blancs, travaille sous son vrai nom, constitue un dossier pour obtenir sa naturalisation. En 2007 sa situation est régularisée, il peut enfin rendre visite à sa famille qu’il n’a pas vue depuis six ans. De retour chez lui il continue de travailler comme agent de sécurité dans la métropole lilloise, il arrive à L’Aéronef le 13 février 2013.

 

Aujourd’hui Saïd est notre responsable sécurité mais officie également au sein d’autres structures telles que le Festival Les Enchanteurs, le Tripostal ou les Halles de la Filature. Aux commandes de toute l’équipe sécurité, il est omniprésent pendant tous nos évènements : il surveille la salle et la cour, scrute les passerelles, vérifie les moniteurs des caméras, désamorce les conflits… Le moindre incident mérite toute son attention et il est toujours aux aguets (même quand il mange un chocolat en billetterie il arrive à rester concentré sur son talkie-walkie).

 

Comme il l’explique mieux que nous : « Quand je vois le public content je suis content, c’est ça mon but »

 

Portrait tiré par Charlotte Oliviero