ADAM GREEN + JUKEBOX THE GHOST

  • Jukebox the ghost

    http://www.myspace.com/jukeboxtheghost

    Adam Green

    http://www.myspace.com/adamgreen1

    http://www.adamgreen.net/

    On se réjouit de recevoir à l’Aéronef cette grande andouille d’Adam Green, l’ex-prince de l’antifolk, reconverti en crooner débraillé et/ou en Lou Reed du dimanche. On aime depuis toujours ses chansons à quatre accords, ses refrains vite écrits et mal enregistrés pour les Moldy Peaches, ses escapades glam rigolardes, ses envolées façon music-hall, son timbre caverneux et sa justesse toute relative. Même pas encore trentenaire malgré les six albums solo qu’il affiche au compteur, le New-yorkais continue à traîner sa dégaine de dandy débonnaire et ses chansons pince-sans-rire aux quatre coins du monde. On le croise au Brésil en compagnie de ses copains de Little Joy, à Londres à écumer les tavernes avec son pote Carl Barat, en Ukraine en train de draguouiller des top-models, à Paris à siroter du vin dans les cafés branchés, qu’importe : le garçon pérennise l’esprit sacré des anciens (Jonathan Richman en particulier, mais aussi les Make-Up de Ian Svenonius, que nous accueillerons le 1er avril) avec un brio désarmant. On entend même son influence affleurer chez toute une génération de jeunes groupes, tels que les talentueux français de Coming Soon. Il vient de signer un nouveau disque, « Minor Love », avec son éternel comparse Noah Georgeson, qui s’annonce plus velvetien encore qu’à l’accoutumée et dont il devrait nous jouer de copieux extraits à l’occasion de son passage par chez nous…