ARCHITECTURE: DU FORMALISME À L’ORDRE INFORMEL?