DEERHOOF (USA)

Rock Indé

USé (FR)

Electro Kraut

  • DEERHOOF

    En onze albums, Deerhoof s’est imposé comme une formation aussi unique qu’essentielle dans l’océan du rock indé US.

    Expérimentateur chevronné, le groupe de Portland refuse depuis toujours les boîtes dans lesquelles on souhaite le ranger. Le noyau dur construit autour de la folle machine rythmique Greg Saunier (batterie) et de la fausse candeur de Satomi Mtasuzaki (chant, basse, chorégraphies) développe une pop dada, barrée, qui repose pourtant sur des appuis solides (noise, prog, jazz) et s’est fortement renforcée à l’ajout d’un deuxième guitariste (Ed Rodriguez, échappé de Gorge Trio) en appui de John Dieterich.

    Sortir des canons de la pop pour mieux les neutraliser dans un incendie de couleurs, tel pourrait être le credo de Deerhoof, machine scénique jouissive qui marche au bord du vide sans jamais perdre l’équilibre.

    Leur dernier album, « Breakup Song », est sorti chez Polyvinyl Records en 2012, décrit par Greg Saunier comme une sensationnelle pièce de « Cuban-flavored party-noise-energy music ».

     

     

     

    USé

    Membre fondateur de Headwar, Nicolas Belvalette, musicien, politicien (label brique / parti sans cible / accueil froid / radio brique) porte divers projets colorés wave-punk-tribal-indus. USÉ, son dernier en date et probablement le plus fascinant, joue la corde electro-techno-kraut et explore toutes les sonorités et rythmiques possibles d’un setup minimaliste, à savoir debout et seul devant une batterie. Son passage récent à la soirée Born Bad Records de la Gaité Lyrique a mis tout le monde d’accord, préparez-vous !

     

    « La musique d’Usé ressemble à cette free-party que l’on a cherché dans une nuit épaisse comme du goudron, au cœur de la forêt, en se fiant au grondement sourd qui semblait émaner du sol : sauvage et agressive, mais aussi familiale, accueillante, touchante dans son dépouillement. » Born Bad Records

    Dans la même veine :

    PONYTAIL – THE FLAMING LIPS – NO AGE