DIAM’S

  • Diam’s ou l’art d’être une hip-hop(euse)

    par Kill Doll

    Dans sa bulle ? En tous cas, elle sait nous y embarquer. Cette fille nous parle, nous capte et sait trouver les mots qui nous préoccupent. Il faut dire que cette jeune demoiselle recherche un mec mortel. C’est un sujet qui fait écho ! Miss, on en est toutes là ! Elle revendique et elle proteste ! Car si elle parle si bien des préoccupations féminines, c’est aussi une poétesse engagée contre les « Marine » et autres espèces, on l’espère, en voie d’extinction.
    Elle parvient même à envoyer sinon une claque musicale, une claque de style. C’est le rap au féminin ?…. Pas seulement. Je ne sais pas si on doit attribuer mon avis au gel dans les cheveux mais la belle a une classe naturelle. Et certains refusent encore injustement d’attribuer cette caractéristique aux rappeurs et plus encore aux rappeuses. Et oui ! Un public méconnaissant pardonne aux hommes ce qu’il ne peut pardonner à leurs homologues féminins : une rythmique bien à eux, une outrance verbale, des mouvements saccadés ondulants et frénétiques qui embarquent l’auditoire dans un même élan de sauts réguliers….Eh oui, c’est tout ça le rap…mais c’est comme la « Sainte croix du mont », certains l’apprécient en toutes circonstances avec du saumon ou du saucisson et d’autres préfèrent le Bordeaux…Faut-il s’en outrager ? Je ne le crois pas. Le mystère du rap tient pour beaucoup aussi dans une panoplie vestimentaire à la limite du bling bling, dont les bijoux, bagues surdimensionnées et autres accessoires brillants de mille feux doivent peser lourds sur leurs membres en mouvement. C’est sans doute aussi la raison pour laquelle, les rappeurs ne se tiennent pas droits et sont souvent fléchis des jambes… des bras et du cou aussi. Cette rappeuse là, on est prêt à tout lui passer tant son pep’s, son naturel pourrait attendrir les plus réfractaires.
    Si on ne l’aime en tous cas elle nous émeut. La brunette décoiffe sans jamais, pour sa part, perdre l’arrondi de sa coupe impeccable. Sa fraîcheur est digne de l’effet des plus puissants « Airways » et autres gommes à mâcher sur- mentholés.
    Au 16 décembre !