THE FALL + LUZ (DJ set)

  • THE FALL

    The Fall se forme en banlieue de Manchester à la fin des années 70 à l’initiative de Mark E. Smith. Il a alors à peine une vingtaine d’années, s’est pris les Sex Pistols en pleine figure et s’apprête en retour à mettre un violent coup de pied dans la fourmilière punk. Personnage controversé mais brillant, hargneux et erratique, Mark E. Smith va donner jour, en près de 35 ans de carrière ininterrompue, à une discographie riche et exemplaire qui verra défiler les musiciens comme autant de soldats tombés à la guerre. Avec un son post-punk empreint de rockabilly nauséeux, de rock garage noir et de sonorités new wave, le groupe se distingue par son approche rentre-dedans héritée du punk et son agressivité souvent aride. Le chant de Mark E. Smith scandé d’une voix atone est proche d’un spoken word violent et plein de morgue. Les paroles, mélange de réalisme social, de références littéraires (de Burroughs à Lovecraft ou Camus dont « La Chute » donne son nom au groupe » ) , d’absurde et de fantastique abordent des thèmes aussi variés que le chômage, le football ou les fantômes. The Fall pillé par les générations suivantes (Pavement en tête) est un groupe fondateur, culte et irrévérencieux qui continue de sortir des disques totalement actuels, comme l’imminent « Ersatz GB». Un monument dont les venues sont rares !

    LUZ

    Pour ouvrir cette soirée, un des plus illustres fans de THE FALL (après le regretté John Peel), dessinateur de presse rock n’roll s’il en est, adepte du gonzo-journalisme à grands coups de feutres : l’excellent LUZ, éminent collaborateur de CHARLIE HEBDO (mais également de FLUIDE GLACIAL, TSUGI ou de MAGIC RPM) à qui l’on doit par ailleurs quelques beaux ouvrages dédiés à la musique (« Je hais la chanson française », « Claudiquant sur le Dancefloor », « Faire danser les filles », « King of The Klub »… et « The Joke », consacré justement à The Fall). Le gaillard nous dégainera ses meilleures galettes pour faire chauffer l’ambiance avant la grand messe.