Orange Dream

L’Aéronef soutient tout au long de l’année plusieurs groupes en mettant à disposition des moyens humains, techniques ou financiers pour les aider dans leur développement.

C’est le cas en 2020 du duo Orange Dream, intégré par L’Aéronef au dispositif P.A.M (Pépinière d’Artistes de la Métropole Européenne de Lille), programme d’accompagnement conjoint avec Le Grand Mix et La Cave aux Poètes.

Habité, brut et entêtant, le duo lillois Orange Dream mise sur un rock indé contrasté, une pop paganique et enlevée, tout aussi immédiate que finement ciselée. Floor tom arrangé et guitare vintage : Guillaume et Mélissa réveillent des incantations tribales. Un rêve acide et doux à éplucher.

“In my dreams everything is orange” (Melanie’s Melody –The Black Angels)

Aujourd’hui épaulés par Latitudes Prod, ces camarades de classe (C.M.A Valenciennes) ont uni en 2017 leurs envies de créer. Des cycles successifs d’aventures bonnes et belles rencontres jalonnent depuis 3 ans une trajectoire musicale déjà dense avec notamment les ateliers des Nuits Secrètes (sous la houlette de Sébastien Martel, Albin de la Simone, Gilles Coronado, Sarah Murcia), l’étape Avant tour  (2018) puis l’aventure Tour de Chauffe (2019), quelques Siestes Acoustiques (avec Bastien Lallemant, Vic Moan ou Seb Martel) …

Dans leur discothèque :  le Pet Sounds des Beach Boys, le Revolver des Beatles, les atmosphères des Pink Floyd, Nights Beats, The Black Angels, BRMC, Radiohead, Goat ou The Strokes. Les déclics : ce titre que l’on écoute en boucle à 10 ans dans sa chambre d’enfant (Who knew – Pink), le son d’un morceau que l’on essaie de jouer sur sa première guitare folk (Come as you are – Nirvana unplugged), cet album que l’on décortique sous casque pendant les années collège (l’éponyme System of a down), un peu plus tard, ce concert qui vous enveloppe un soir de 2016 (Sonic Jesus à La Malterie pour l’anniv’ alors de Quelque Part Records)…

Tout cela nourrit un Orange Dream tout-terrain, volontiers nomade.

Connecté aux autres.

Rêveur et faiseur.