ATTIC ATTIC ADDICT AÏE AÏE AÏE

C’est un collectif de passionnés accrocs à la musique et son histoire a commencée dans un grenier à l’époque ou Myspace semblait une révolution. Tout était possible alors pour peu qu’on sache se débrouiller et exploiter le potentiel des nouvelles technologies et du web. Publiant sur la toile des vidéos montées en live de groupes émergents, Attic Addict a marqué toute une génération de musiciens, contribuant artisanalement à l’émulation d’une riche scène alternative. Une myriade de groupes d’un vivier musical en ébullition foulait alors les planches du fameux grenier. Et sans le savoir, accumulant les vidéos, le collectif photographiait une époque lors de laquelle des projets musicaux tels Sarazvati, Roken, S.E.I.K, TV Glory, W.A.E.T, Bewitched Hands ou encore Cercueil faisaient vibrer l’underground.

 

Le projet d’Attic Addict a bien mûri depuis et ses liens avec L’Aéronef sont toujours aussi vivifiants. En 2019, ce sont quatre clips vidéo qui ont été réalisés pour Volcan La Pété, Starglider, Esplanades et Nouveaux Climats, dans le cadre de notre accompagnement d’artistes. Et aussi vingt vidéos pour le projet Aéro Easy Tour, d’autres encore pour le projet Memo… L’Attic Addict du futur est toujours dans la place.

 

Témoignage recueilli auprès de Mathieu Desprez, membre fondateur :

« On était en 2008, on était trois, on était jeune, on n’avait pas une tune mais pleins d’idées. On avait une maison de bric et de broc et un grenier pour faire des trucs mais on ne savait pas quoi. Un cramé du son, un petit génie de la bidouille vidéo et un mec paumé plein d’enthousiasme. Une passion, la musique. Alors ça a commencé comme ça, avec quelques litres de potentiel, une bonne dose d’amateurisme et un sens de la débrouille aléatoire. Et puis le grenier est devenu un labo, au départ à base de caméras de surveillance chinées à la sauvette et un mixeur vidéo fabriqué main, jusqu’à ce premier live au grenier : Lena Deluxe (janvier 2008). Après, tout s’est enchainé, le grenier avec des groupes de partout, les soirées lilloises, les yourtes à Dour… On a appris, on s’est surpris, on a tellement kiffé que c’est devenu un vrai projet qui a plu. On est arrivé au bon moment et plein d’énergies nouvelles ont rejoint le projet.

 

Un collectif de clipeurs/clipeuses était né. Des potes, des savoirs faire, de l’émulation, de la transmission, des engueulades, et surtout une grande envie d’apprendre et de progresser. Attic Addict c’est avant tout une histoire d’humains qui cherchent et qui se cherchent ensemble. Puis des gens ont été assez fous pour nous faire confiance. A ce titre L’Aéronef a été pour nous une étape déterminante, une reconnaissance précoce mais qui nous mis un sacré coup de pression pour évoluer. D’ailleurs un immense merci à l’équipe, et notamment à Alex Melisse pour nous avoir proposé le premier un partenariat et à Cusmar pour nous avoir toujours soutenu. On y a appris à faire mieux, à pousser nos limites, on y a gagné de solides expériences et enrichi notre mémoire collective de la scène lilloise.

 

Aujourd’hui, 12 ans après, ça continue. On est les mêmes en plus vieux, et le kiff des origines est toujours là. On est mieux organisé, on a développé notre panel de compétences, on a aiguisé notre regard et on s’est professionnalisé. […] c’est avec plaisir que chaque année on découvre la sélection des groupes accompagnés par L’Aéro. C’est chaque fois l’occasion pour nous de nous remettre en cuisine avec un nouveau menu, de faire de nouvelles rencontres et d’améliorer toujours la production. En ce sens, Attic Addict continue d’être un témoin, et un modeste rapporteur, d’une histoire musicale lilloise. Et demain? Continuer, réinventer, améliorer, déconner, s’attaquer à des nouveaux concepts de réalisation, amplifier les collaborations et surtout prendre toujours le même plaisir. Un clip à Tahiti ça serait pas mal non plus. »

 

 

 

www.facebook.com/AtticAddict