Chronique de disque de Frustration

Frustration. Une sueur froide en riposte à l’insatisfaction des Stones, déjà. Frustration si étroitement lié à l’essor du label Born Bad. Frustration et le succès désormais. Injonction paradoxale ? Frustration n’est pas un groupe peine à jouir, encore moins opportuniste. Quinze ans et seulement trois albums. Ils ont écumé tous les lieux pour curieux et se sont bâti une réputation de furieux. Sur ce disque paru à l’automne, forcément, nos sombres hérauts du renouveau post-punk made in France ne changent pas les fondamentaux mais plantent quelques belles banderilles du côté des guitares. Plus saillant, lorgnant parfois vers les tessons de Shellac, ce nouvel opus mature mais pas sage parvient à combiner sophistication et précision dans l’impact. Montant encore d’un cran la tension, ce cockring ne demande qu’à délivrer les énergies. Positives et négatives.

Bertrand Lanciaux