Chronique de disque de Ménage à trois

On se souvient de WU LYF, sensation éphémère et étrange de l’an 2011. Depuis, les Mancuniens s’en sont allés chacun de leur côté – ou presque. On retrouve, au sein de Ménage à Trois, le batteur Joseph Manning et le guitariste Evans Kati (Los Porcos). Mais loin des secousses tellurique et du boucan désespéré qui les fit connaître, ce quatuor se réinvente au son d’une pop funk où le soleil le dispute à la mélancolie. Successeur de deux Eps (Australia Part I et Part II), ce premier essai logiquement nommé Australia Part III rêve de plage toute l’année. S’alignent ici des chansons sensuelles, brumeuses et altières, dont le charme capiteux séduit immédiatement. En tendant l’oreille, on découvre mille et une trouvailles mélodiques. Enfin, et ce n’est pas le moindre de ses atouts, cet album règle une bonne fois pour toutes cette antique bataille d’Hernani (indie VS mainstream) en envoyant George Michael faire un tour chez The Durutti Column. Non, la guerre de trois n’aura pas lieu.

– Thibaut Allemand –

En concert chez nous le 17/06