Chronique de disque : PUTS MARIE

Puts Marie
Catching Bad Temper

(Yotanka Records)
En concert chez nous le 14/11

Révélé par l’incandescent Masoch I – II (2015), concentré de mélancolie rageuse, les Suisses de Puts Marie signent un essai largement à la hauteur du précédent. Catching Bad Temper mêle noisy rock, échappées hip-hop, pulsations jazz, éclats blues… La grande force de Puts Marie réside dans cette capacité à allier fureur contenue, violence rentrée et précision du jeu. Pas ostentatoires pour un sou, ces musiciens n’en sont pas moins des virtuoses dans l’art de marier l’eau et le feu, l’apaisement et la colère. La densité de cette œuvre concise (sept titres) rend impossible d’extraire un morceau plus qu’un autre. Il s’agit d’un tout, pensé comme un ensemble, impossible à fragmenter – un album, quoi. À rebours d’une époque propice au zapping. Ça tombe bien : l’époque, ils s’en foutent, et ce disque est atemporel.

Thibaut Allemand