Chronique de disque : THE WAR ON DRUGS

The War On Drugs
A Deeper Understanding
(Atlantic)
En concert chez nous le 07/11

 

Pour ses débuts chez une major, Atlantic, fallait-il craindre que The War on Drugs rentre dans le rang mainstream ? Une curieuse question envers un groupe qui ne s’embarrasse pas de posture et assume pleinement ses filiations historiques. Sans être ingrat envers le label indépendant Secretly Canadian qui les porta jusqu’aux sommets, et si ce nouvel album est dans la lignée de son impeccable prédécesseur Lost in the Dream, on est heureux d’entendre que les moyens de production mis au service du groupe sont à la hauteur du songwriting d’Adam Granduciel. La trahison et la révolution ne font pas partie du vocable de War on Drugs. La répétition non plus. Evitant le piège de l’emphase dû à l’abondance ou un éventuel putsch du réalisateur, ici Shawn Everett (Alabama Shakes, Weezer, The Growlers, Grizzly Bear ), cet album regorge de subtilités en particulier sur le recours aux claviers. Le registre introspectif de Granduciel acquiert donc une nouvelle épaisseur sans pour autant prendre du bide. Un tour de force loin d’être évident pour un groupe qui sortait d’un album parfait et d’une tournée triomphale. Ce Deeper Understanding va clairement au fond des choses.

Bertrand Lanciaux