Chronique de disque : TRIGGERFINGER

TRIGGERFINGER
Colossus
(Mascot Label group)
En concert chez nous le 16/12

 

Le trio belge sort un nouvel album, le cinquième, intitulé Colossus, est-ce une référence à Piotr Nikolaievitch Rasputin l’homme d’acier des X-Men, je n’en sais rien. Ce que je sais après l’avoir écouté (pas assez de fois mais bon je fais avec) c’est que s’il sortait en vinyl, il y aurait deux faces biens distinctes. Chacune avec cinq chansons, et chacune avec une identité propre. Les quatre premiers titres sont fidèles aux chansons du groupe : batterie mid-tempo, voix bien en avant, gros gros son des grattes, basse incluse. Afterglow clôture cette face A de façon plus originale : titre semi-acoustique qui laisse un sentiment de nostalgie, et qui prépare à la seconde face, plus originale dans la construction des morceaux dans lesquels Ruben Block utilise sa voix différemment d’une chanson à l’autre, comme dans Breathlessness ou That’ll Be The Day. À écouter de façon prolongée.

Schnaps