TOTEM

TOuch ThE Music

Ce micro-projet est financé par le Fonds Européen de Développement Régional dans le cadre du programme de coopération transfrontalière Interreg France-Wallonie-Vlaanderen

La surdité est un handicap très spécifique. Discret, il provoque néanmoins souvent des situations d’exclusion dans notre monde audio-centré. Réfléchir à des solutions d’inclusion sociale à partir de l’expérience de l’accessibilité aux musiques live permet un projet complet et ambitieux. Il s’agit de mettre en place un laboratoire transfrontalier d’innovation au service d’une meilleure accessibilité à l’écoute et à la pratique des musiques live, pour les sourds.

Lors de ce projet, un dispositif matériel et logiciel a été créé, traduisant en vibrations (sens du toucher) la musique (sens de l’audition) produite par et pour les protagonistes sourds et entendants.

Défis :

  • Faciliter l’inclusion des sourds, valorisant par là une communauté et une culture que l’on entend trop peu
  • Fédérer des expertises de part et d’autres de la frontière et inscrire le territoire transfrontalier comme zone de coopération autour d’innovations au service du handicap
  • Faire partager une expérience commune aux sourds et aux entendants autour d’une modalité sensorielle qui n’est utilisée communément ni par les uns ni par les autres : le toucher

Trois solutions complémentaires :

  • Mettre en place un espace participatif d’innovation en conditions réelles, réunissant musiciens, spectateurs et ingénieurs sourds et entendants.
  • Concevoir et développer un dispositif innovant et opérationnel convertissant les signaux audio en signaux vibrotactiles.
  • Sensibiliser largement au handicap auditif et partager le fruit de nos recherches pour faire évoluer les pratiques sur la zone transfrontalière.

JANVIER 2019 – ACTION 1 : RÉSIDENCE MUR DU SON & LANCEMENT DU PROJET

L’Aéronef a accueilli, les 8 et 9 janvier 2019, un groupe de musiciens sourds : MUR DU SON. En interaction avec des professionnels des musiques actuelles (ingénieurs sons, vidéos, etc), ils ont eu l’occasion de travailler autour de morceaux de leur composition. Leur permettre un accès à un dispositif d’accompagnement artistique marque la volonté des partenaires à voir la culture sourde reconnue, représentée et de soutenir cette représentativité en développant des outils partagés.

Ces deux jours ont été l’occasion, pour les équipes de l’ISEN et d’Hovertone, d’observer les comportements de jeu, de questionner les modes d’interaction, les solutions compensatoires et/ou alternatives mises en place pour le jeu collectif du groupe. Il s’agissait, à partir de ces observations, de développer et proposer les premiers prototypes pour la conversion de musique en vibrations. Les musiciens ont également accepté d’ouvrir les portes de leur résidence à un petit groupe de testeurs sourds. Une opportunité pour les partenaires du projet d’élargir les réflexions autour de la perception de la musique par les sourds en tant que simple spectateur.


FÉVRIER 2019 > NOVEMBRE 2020 – ACTION 2 : CONCERTS TEST & CONCEPTION DU DISPOSITIF VIBROTACTILE

Créer un outil qui vise une meilleure accessibilité de la musique live aux sourds implique nécessairement de travailler main dans la main avec les premiers concernés. TOTEM est bien un projet de recherche, mais qui ne peut se dérouler dans un laboratoire clos et stérilisé. L’expérimentation doit avoir lieu dans l’antithèse d’un labo : une salle de concert qui vibre, gronde et grouille de monde ! Tout le travail de recherche et conception a donc été rythmé par deux concerts-tests qui ont permis de faire remonter limites, problèmes, nouvelles idées et encouragements. Un groupe de testeurs sourds s’est prêté à cet exercice critique lors de deux concerts live : le 7 novembre 2019 lors du concert de Deluxe et le 21 février 2020 lors du concert de ASH. Avant et après chaque concert, l’équipe technique a travaillé sur l’évolution des dispositifs, confirmant et approfondissant les spécifications retenues lors de l’action 1, améliorant l’analyse de la musique en temps réel (quels aspects du son doit-on traduire en vibration ?), raffinant la qualité des textures vibratoires générées (comment perçoit-on et interprète-t-on ces vibrations sur notre peau ?), et mettant l’accent sur deux aspects essentiels pour la réussite des dispositifs : leur ergonomie et la possibilité de les personnaliser.


DÉCEMBRE 2020 – ACTION 3 : TEST FINAL ET RESTITUTION

La crise sanitaire ne nous a malheureusement pas permis d’aborder la restitution du projet telle que nous l’aurions souhaitée. A défaut de pouvoir présenter et faire tester notre dispositif en grande pompe, nous avons eu l’honneur de le soumettre à Julien Nef, bassiste sourd. Une matinée avec lui nous a permis de présenter et valider le dispositif définitif (définitif pour le projet Totem… mais conçu aussi pour servir de base aux projets futurs !) : deux vibreurs mobiles laissant le choix à l’utilisateur·rice de leur placement sur son corps, reliés à un dispositif autonome et sans fil pour la transformation du son (nano-ordinateur, amplificateur et batteries tiennent dans une petite boîte facilement transportable par l’utilisateur·rice pendant le concert). Grâce à leur flexibilité et aux moyens que nous fournissons pour personnaliser leur fonctionnement, les dispositifs sont à présent utilisables à la fois par les spectateurs et par les musiciens, par les sourds comme par les entendants !

Nous avons aussi souhaité présenter nos travaux à un public plus large en proposant un webinaire de restitution pour revenir sur les étapes du projet, les choix que nous avons fait dans la conception du dispositif, les limites que nous avons rencontrées et le bonheur que nous avons eu de collaborer autour de cette expérimentation. Le webinaire a largement rassemblé des personnes spécialistes du domaine, de tous horizons : ingénieurs, acteurs culturels, musiciens sourds et entendants, chercheurs, …, tant du côté français que du côté belge !

Retrouvez l’intégralité du webinaire ici :

Ou, si vous êtes pressé, les interviews des 3 partenaires et de Julien à l’issu de la présentation du dispositif final :


Les partenaires du projet :

JUNIA/ISEN est une école d’ingénieur avec une expertise reconnue dans les domaines du numérique : objets connectés, réalité augmentée, interfaces homme-machine, microsystèmes embarqués, robotique… Son équipe acoustique développe une approche transdisciplinaire de l’acoustique audible, alliant la perception sonore, la psycholinguistique, le traitement du signal audio et la métrologie des phénomènes sonores et vibratoires. Dans ses activités, une forte importance est accordée à la valorisation.

Hovertone est une entreprise spécialisée dans le développement d’expériences interactives utilisant les nouvelles technologies. Deux de leurs compétences rentrent en parfaite adéquation avec le projet: Hovertone possède une grande expertise en traitement de signaux audionumériques temps-réel et analyse/modélisation de paramètres vocaux et musicaux; la startup a développé de nombreux projets d’interfaces dites tangibles, c’est à dire reliant des contenus numériques au corps humain.

Depuis 2016, L’Aéronef interagit avec des associations de sourds afin d’améliorer leur accessibilité aux concerts live. La structure met au service de ce projet transfrontalier, l’expérience qu’elle a développée et le réseau qu’elle a tissé sur ces 2 années. Durant le projet, la salle de concerts de l’Aéronef se transformera en espace d’expérimentation. Différents professionnels des musiques actuelles seront attachés à répondre aux besoins techniques des équipes de recherche.